L'histoire du Corso Fleuri de Bessèges

Cette fête dure 4 jours. Au début, c'était une trentaine de chars tirés par les chevaux ou les boeufs décorés par chaque industrie et des artisans sur un sujet ayant pour vocation leur activité. Il y avait les chars de l'industrie et de l'agriculture. A l'époque les roses étaient plus grosses que celles d'aujourd'hui.

En 1908, une nouveauté est apparue à ce corso : l'organisation de joutes dans la Cèze. Puis en 1910, un aéroplane décollait de dessous de la gare pour atterrir quelques mètres plus loin. Ensuite le corso prit un autre visage en devenant plus attrayant, plus léger mais moins de chars.

Avec le temps, ces chars sont devenus de véritables chefs-d'oeuvre. Pendant toutes ces années se sont ajoutées, des manifestations telles que : le concours de boules, un bal, un feu d'artifice et la fête foraine. A l'époque, il s'agissait d'un concours de chant et il y eut un funambule: « Le Diable Rouge ».

La fabrication des roses des chars

Cette méthode a été abandonnée au profit d'une carcasse recouverte de toile de jute, et depuis quelques années, la carcasse des chars est fabriquée avec des tubes de fer.
La maquette est ensuite fabriquée avec du grillage que l'on façonne pour donner la forme souhaitée au sujet. Une toile de jute est alors fixée sur cette maquette, et recouverte d'une fine couche de plâtre.
C'est sur ce support que sont collées une à une et très serrées les roses de 2 cm de diamètre, ce qui représente environ 2500 roses par m2.
Selon la taille du sujet et la superficie du char, le nombre de roses varie entre 30 000 et 80 000, ce qui représente des mois de travail. La qualité des roses a une importance considérable : c'est ce qui fait la renommée du corso de Bessèges.


source: site de la mairie de Bessèges

 

photo corso 2012

photo corso de midilibre

 

 

photo corso 2 2012

photo corso de midilibre

 

photo corso Char Bacchus 

 

photo corso de la reine

  photo corso midilibre 2012